Publications

1 février 2012

La mutation annoncée des ONG humanitaires


La mutation annoncée des ONG humanitaires

Analyse de l'évolutions des organisations humanitaires francaises.

Cet article est tiré de Grotius International

Publié par le 31 décembre 2011

Ces dernières années, on a constaté en France la faillite de nombreuses ONG dites de « petite taille » comme Enfants Réfugiés du Monde (ERM) en 2008, Pharmaciens Sans Frontières (PSF)  en 2009, Enfants du Monde Droits de l’Homme (EMDH)  en 2010 et cette année le Comité d’Aide Médicale (CAM)…

Elles ont en commun de fonctionner avec des budgets de quelques millions d’euros et de dépendre essentiellement des financements publics. Dans le même temps, on assiste au rachat d’ONG par d’autres ONG qui récupèrent des programmes, des logos et un savoir faire : « Agir ici » récupéré il y a plusieurs années par OXFAM, PSF racheté par Acted, Première Urgence qui absorbe l’Aide Médicale Internationale (AMI) ou peut-être l’inverse…

 La faute aux bailleurs institutionnels ?

Les ONG qui n’ont pas développé un « socle de solidarité grand public » en clair qui n’ont pas de fichiers conséquents de donateurs et dont les possibilités de marketing n’ont pas été exploitées, sont dépendantes des bailleurs institutionnels. Le bailleur le plus important pour les ONG françaises et européennes est la commission européenne. Les ONG françaises absorbent 23 % des fonds du guichet « urgence » de la commission européenne ECHO[1].

Lire la suite:  http://www.grotius.fr/la-mutation-annoncee-des-ong-humanitaires/




Retour à la page précédente

crises humanitaires en cours

Infolettre


Facebook en direct

Twitter en direct

Suivez-nous sur


© 2019 OCCAH Tous droits réservés. Conception web par Vortex Solution

Partager :